quelle solution d’assainissement individuel choisir ?

assainissement 24 mars 2022

Vous n’êtes pas raccordé à l’égout et vous devez donc faire l’acquisition d’une solution d’assainissement individuel. Mais dans le panel des solutions possibles, vous êtes perdu. Voici les éléments à prendre en compte dans votre choix.

pourquoi traiter ses eaux ?

Il existe de nombreux types d’eaux usées. Elles ont toutes un point commun : transporter en leur sein des pollutions induites par l’homme et ses activités. Et comme tous les chemins mènent à Rome, l’eau finit toujours son cycle dans une rivière ou une nappe phréatique pour finalement terminer chez nous via nos robinets. Nous buvons donc l’eau que nous polluons. En conséquence, nous avons pour mission de traiter, d’épurer l’eau au maximum pour que ces pollutions ne finissent pas dans notre verre.

Pour traiter efficacement ces eaux usées domestiques (vannes et ménagères), il faut analyser précisément certains facteurs qui vont déterminer vers quelle filière et solution se diriger. Globalement, toutes les solutions vont reproduire et accélérer les principes naturels d’épuration et garantir la préservation de l’environnement.

Un verre d’eau claire et un verre d’eau sale noire sont présentés dans la cuisine d’une habitation

pour quels besoins ?

La première chose à envisager est la taille du système d’assainissement individuel des eaux usées que vous allez choisir. Ici, on ne parle pas de taille en termes de dimensions mais bien en termes de capacités épuratoires. En fonction de votre composition de ménage, de vos habitudes de vie, vous générez une charge polluante qu’il va falloir traiter. C’est cette charge qui va déterminer vos besoins épuratoires.

Heureusement pour vous, ils se chiffrent assez simplement. La mesure habituelle est « l’équivalent habitant » ou EH. Il représente la charge polluante moyenne produite par un habitant.
En France, il est déterminé en fonction du nombre de pièces principales que composent l’habitation. Une pièce principale (pièce de séjour ou de sommeil) = 1 EH. Il faut que cette pièce ait une hauteur sous plafond de minimum 2,30 m et un ne surface minimum de 7 m² avec une ouverture donnant à l’air libre. Sont donc exclues les pièces de service, telles que cuisines, salles de bain, buanderies, …

Mais attention, si l’équivalent habitant est valable au moment de votre choix, avez-vous réfléchi à votre avenir à court et moyen terme ? Avez-vous pris en compte l’agrandissement de votre famille ? Vos besoins vont-ils évoluer et votre maison s’agrandir ? Toutes ces questions méritent réflexion avant de poser votre dévolu sur une solution d’assainissement en particulier.

Attention également aux fluctuations de charges. Certaines solutions sont plus adaptées pour une résidence principale mais conviendront moins pour une résidence secondaire.

une femme est en pleine réflexion sur la situation

filière agréée ou traditionnelle ?

La principale différence entre les deux réside dans l’utilisation du sol (naturel ou reconstitué) pour traiter les eaux usées.

Une filière traditionnelle ou filière classique va fonctionner en deux temps. Le premier temps est celui du pré-traitement où l’eau usée va décanter dans une fosse toutes eaux. Dans un deuxième temps, cette eau pré-traitée va être infiltrée dans le sol via des tranchées d’épandage. Si la qualité du sol n’est pas suffisante pour effectuer ce travail d’épuration, un sol reconstitué avec du sable, notamment, devra être construit.

Une filière agréée est, comme son nom l’indique, une solution d’assainissement non collectif qui bénéficie d’un agrément ministériel pour être commercialisé. A la différence de la filière traditionnelle, le traitement des eaux usées se déroule intégralement dans le système d’assainissement individuel sans passer par une épuration par le sol.

Dans les deux cas, n’oubliez pas de réaliser une étude de conception. En effet, certaines distances doivent respectées avec le système d’assainissement non collectif que vous aurez choisi.

  • 35 m d’un puits ou d’un captage d’eau ;
  • 3 m des propriétés voisines ;
  • 3 m d’arbres ou arbustes plantés ;
  • 5 m d’une habitation ou d’un ouvrage avec fondations.
De l’eau épurée et claire est rejetée d’un tuyau
Un filtre à sable en filière traditionnelle.

qu’est-ce qu’une filière traditionnelle d’assainissement non collectif ?

La filière traditionnelle nécessite une grande surface pour traiter les eaux usées. On estime de 3 à 5 m² nécessaire par équivalent habitant. Pour une habitation à 5EH, une surface de 15 à 25 m² seront nécessaires pour le traitement optimal des eaux usées domestiques.

Parmi les solutions disponibles dans la filière traditionnelle, on peut noter :

  • La fosse toutes eaux 

Dans le cadre d’un système d’assainissement non collectif en filière traditionnelle, il faut toujours prévoir un prétraitement de vos eaux usées via une fosse toutes eaux. Elle se chargera de faire décanter les eaux grises et vannes de votre habitation. Les graisses resteront en surface tandis que les matières plus solides et lourdes se déposeront sur le fond. Les eaux prétraitées seront ensuite dirigées vers la filière de traitement.

  • L’épandage 

Pour bénéficier d’un tel système, il faut que la perméabilité de votre sol soit optimale soit 30 < k < 500 (k étant la vitesse d’écoulement de l’eau dans le sol et qui est mesurée en mm/h). Autre élément important, si une nappe phréatique est présente, il faut que son niveau soit situé à plus de 1 m sous l’épandage (soit une profondeur d’investigation de quasiment 2m).

L’épuration se faisant grâce aux propriétés du sol, l’eau pré-traitée est acheminée vers un réseau de drains à fentes déposés dans des tranchées ou sur un lit d’épandage. Généralement, ces tuyaux sont placés à une profondeur de 60 à 80 cm et sur un lit de 20 à 30 cm de gravier. L’épuration est donc réalisée par des micro-organismes présents naturellement dans ces eaux usées et qui vont se développer et s’accrocher dans les espaces vides entre les grains de gravier. Entre les caractéristiques du sol, les contraintes de la parcelle et la grande surface nécessaire pour bénéficier de cette solution, l’épandage reste une solution d’assainissement non collectif assez rare. Le coût de cette solution en 5 EH est estimé entre 4.000 et 6.000 euros.

  • Le filtre à sable 

Le choix du type de filtre à sable est déterminé en fonction de la perméabilité de votre sol.  Il est principalement installé quand le sol rend l’infiltration des eaux usées impossible ou lorsqu’une nappe phréatique est proche de votre habitation. Composé de sable et de graviers de différentes granulométries, il peut être horizontal ou vertical, drainé ou non drainé. Attention, si une solution hors-sol non drainée est choisie, on appellera cette solution un tertre d’infiltration et elle nécessitera certainement la pose d’un poste de relevage. On estime entre 5.000 et 12.000 euros l’installation d’un filtre à sable 5 EH, hors budget pour la fosse toutes eaux.

une micro-station d’épuration des eaux usées enterrée dans le jardin d’une habitation
La micro-station d’épuration d’eloy water : oxyfix.

qu’est-ce qu’une filière agréée d’assainissement non collectif ?

Comme nous l’avons dit précédemment, un système d’assainissement non collectif en filière agréée est validé par les deux organismes notifiés français : le CSTB et le CERIB. Ils sont mandatés par le Ministère de l’environnement et de la santé. Ils décident si telle ou telle solution d’épuration va permettre d’atteindre les critères de qualité nécessaire avant le rejet de l’eau dans la nature. Il existe actuellement plus d’une centaine de solutions agréées. La liste est disponible ici.

Il existe plusieurs types de système en filière agréée : les filtres plantés, les micro-stations, les filtres compacts.

Le filtre planté

Il va utiliser des plantes dites macrophytes pour traiter les eaux usées de votre domicile. On les appelle comme cela car elles drainent et oxygènent naturellement l’eau par les racines. La matière organique va donc être transformée en matière minérale et être ensuite assimilée par les plantes. On appelle également ce procédé la phytoépuration. Généralement le filtre planté est composé de deux zones distinctes d’épuration connectées l’une à l’autre. Dans la première zone, on retrouve des roseaux plantés dans une couche de graviers et de sable et dans la deuxième zone, on peut planter des massettes, des jacinthes d’eau, des scirpes, des joncs ou encore des carex. Cette construction parait simple, pourtant, elle est très compliquée à mettre en place et demande l’expertise d’un professionnel. On estime entre 4.000 et 7.000 euros l’installation d’un filtre planté 5 EH. L’ajout d’une fosse toutes eaux dépend de vos eaux usées et de la qualité du filtre mis en place.

Les micro-stations

Il existe différents types de micro-stations : les micro-stations à cultures libres, les micro-stations SBR, les micro-stations à cultures fixées.

  • Micro-station à culture libre

Le traitement des eaux se fait dans une cuve vide de tout support sur lequel les bactéries pourraient se fixer. Les bactéries évoluent donc librement la cuve de traitement. Le brassage des effluents, de l’oxygène et des bactéries va générer tantôt des boues tantôt une eau traitée. Les boues seront envoyées dans un décanteur tandis que l’eau traitée achèvera son épuration dans un clarificateur. Cette technique fonctionne essentiellement pour des petites collectivités où le volume d’eau à traiter est important et où les variations de charge sont réduites. L’investissement pour ce type de micro-station est compris entre 4.500 et 5.500 euros pour une 5 EH.

  • Micro-station SBR

SBR pour Sequencing Batch Reactor ou Epuration Biologique Séquentielle en français. Ce système est également à culture libre mais il va alterner et répéter successivement des phases d’aération et de décantation des boues. Petits à petits l’eau traitée remonte en surface et les boues restent dans le fond de la cuve. En fonction de sa marque et de sa taille, une micro-station SBR embarque dans la cuve peu ou pas d’éléments tels que pompes ou pièces mécaniquse. Elle fonctionne par contre systématiquement avec un équipement électronique en charge de la succession des phases d’aération et de décantation. Le coût se situe entre 6.000 et 8.000 euros pour une 5 EH.

  • Microstation à culture fixée

C’est sans doute la solution la plus adaptée à une habitation principale. Elle va assurer toutes les phases de l’épuration : prétraitement, traitement et clarification. Les eaux passent tout d’abord dans un décanteur afin de séparer les effluents les plus lourds pour ensuite être envoyés dans le réacteur biologique. Là, l’oxygène apporté et les bactéries peuvent faire leur travail de dépollution. A la différence des autres micro-stations, ces bactéries se fixent sur des supports minéraux ou en plastique, ce qui offre une grande surface de traitement dans un petit volume. L’eau termine enfin son trajet dans un clarificateur où les boues résiduaires sont collectées et renvoyées vers le décanteur. Un micro-station à culture fixée nécessite un équipement de type surpresseur d’air pour injecter de l’oxygène. Son prix évolue entre 5.000 et 7.000 euros pour une 5 EH.

Le filtre compact

Comme son nom l’indique, cette solution est compacte et offre une emprise au sol de l’ordre de 4 m². Totalement enterré et donc quasiment invisible dans votre jardin, il peut être installé dans un espace réduit et accepte le passage ou le parking d’une voiture. Le filtre compact est équipé d’une fosse toutes eaux où l’eau est tout d’abord prétraitée par décantation. Elle est ensuite envoyée vers le filtre compact composé d’un média filtrant. Il peut être en zéolites, copeaux de noix de coco ou encore xylit. Tous ces médias filtrants possèdent leurs caractéristiques propres. Les capacités épuratoires et le délai de remplacement sont variables en fonction du type de média. C’est donc dans cette deuxième partie que s’opère le gros de l’épuration par filtration verticale. Le coût est estimé entre 7.000 et 12.000 euros pour un filtre compact 5 EH en fonction de la marque.

l’installation d’un filtre compact d’assainissement des eaux usées le long d’une maison
Installation du filtre compact d’eloy water : x-perco.

entretiens et vidanges

Les filières traditionnelles ne demandent pas un entretien important. Il faut veiller à ce que les tuyaux ne soient pas colmatés et nettoyer régulièrement les pré-filtres. Par contre, en cas de fosse toutes eaux de pré-traitement, une vidange des boues sera également à prévoir. Dernière chose et non des moindres, un remplacement intégral du média filtrant doit être réalisé tous les 15 à 20 ans. Avec une facture importante à la clé comprenant l’évacuation et le traitement du média filtrant ainsi que le remplacement en tant que tel.

Un filtre planté demande beaucoup de soins. Il faut penser à entretenir celui-ci comme un jardin en s’occupant de la taille des plantes, du rafraichissement des massifs et de l’arrachage des mauvaises herbes. De manière continue, il faut vérifier que les drains ne soient pas bouchés et nettoyer régulièrement les filtres. Un curetage de la partie supérieure du compost devra être réalisé tous les 10 ans environ. La vidange de la fosse septique toutes eaux devra être prévue à intervalle régulier (3 à 4 ans). Elément important, un filtre planté est un écosystème. A ce titre, il regorge de vie et attire de nombreux insectes, rongeurs ou encore renards. Plus dérangeant, vu son milieu humide, il est propice à la prolifération des moustiques.

Pour un filtre compact, rien de plus simple. Surveillez les arrivées d’air et veillez à ce qu’elles ne soient pas bouchées par de la végétation ou des constructions animales. En parlant d’animaux…vérifiez bien qu’aucun d’entre eux n’est venu s’installer dans votre filtre compact.
Une fois par an, l’entretien complet devra être réalisé par un professionnel pour vérifier le bon fonctionnement global du filtre compact et l’état de son média filtrant. Tous les 4 ans minimum, il faut envisager une vidange des boues. Lors de l’entretien annuel, votre technicien vous informera des données liées à l’éventuelle vidange.

Pour les micro-stations, même principe. Le moyen le plus simple de savoir si tout fonctionne bien est l’odeur. L’absence d’odeur est un indice de bonne santé. Deuxième astuce, la couleur de l’eau en sortie. Idem, l’absence de coloration est également un indice que tout semble bien se dérouler.
Assurez-vous également de temps en temps que le surpresseur fonctionne bien (alimentation en électricité, bruit de fonctionnement habituel). Une fois par an, il faudra réaliser l’entretien annuel de votre micro-station. Il sera également réalisé par un professionnel qui vérifiera la qualité de son fonctionnement, la hauteur des boues, la qualité des eaux, … La fréquence de vidange des boues dépend de la taille du décanteur de votre micro-station mais on estime également à 3 ou 4 ans la vidange du décanteur primaire.

un ouvrier réalise la vidange d’une solution d’assainissement des eaux usées
La micro-station d’épuration d’eloy water : oxyfix.

comment choisir ?

Vous l’aurez compris, trois facteurs vont intervenir :

  • Votre terrain et la superficie que vous êtes prêts à dédier à votre système d’épuration individuel.
  • Le coût d’achat et les primes associées
  • Le coût et la charge d’entretien
  • L’avis et les conseils du bureau d’études de conception

C’est cette balance qu’il faudra analyser et prendre une décision en fonction des avantages et inconvénients de chaque solution. N’hésitez pas à prendre contact avec des professionnels pour recueillir leurs avis sur la question et visitez éventuellement quelques chantiers pour discuter avec les détenteurs de telle ou telle solution.

Une chose est certaine, vous n’êtes pas seul dans cette démarche importante pour l’environnement et l’épuration de vos eaux. Quoi qu’il arrive, entre filtre à sable, planté, filtre compact ou micro-station vous ferez le bon choix.