help center faq

help center

Découvrez les réponses aux questions les plus fréquemment posées à notre service après-vente.

choisissez une sous-catégorie

généralités

Non, nous vous appellerons quand il sera temps de réaliser votre entretien. Cependant, si vous recevez un courrier de la SPGE, n’hésitez pas à nous contacter et nous analyserons votre situation.

Non, nous transmettons directement la facture à la SPGE qui règlera le coût de votre entretien. Nous ne vous facturons que les éventuels surcoûts dus à la taille de votre SEI ou à des pièces non couvertes par le contrat d’entretien.

Oui, nous entretenons toutes les marques de station d’assainissement des eaux usées. Si celle-ci est inscrite à la SPGE, nous pratiquerons les tarifs officiels de la SPGE.

La solution la plus simple pour faire votre demande de contrat est de passer par notre site. Vous retrouverez toutes les informations ainsi que le formulaire de demande sur cette page.

Non. Nous ne réalisons pas les vidanges de votre micro-station, filtre compact ou fosse septique. Vous devez passer par un vidangeur agréé dont la liste est disponible sur le site de la SIGPAA.

Attention, vous ne pouvez faire la demande de vidange que si le prestataire agréé pour l’entretien donne son feu vert. Suite à l’entretien, la vidange sera inscrite dans le rapport soumis à la SPGE. Elle vous enverra ensuite un mail pour vous confirmer la nécessité d’une vidange.

Si vous programmez une vidange sans accord préalable de la SPGE, celle-ci ne sera pas couverte par les primes et sera donc à votre charge.

Non. L’inscription à la SPGE n’est pas obligatoire. La souscription à un contrat d’entretien via un prestataire agréé, lui, est obligatoire.

Par contre, nous vous conseillons vivement de réaliser cette inscription. Vous aurez ainsi droit aux participations financières octroyée par la SPGE pour les entretiens et les vidanges.

Attention, si vous vous inscrivez et si vous ne fournissez pas une preuve d’entretien dans les 18 mois, le premier entretien sera à votre charge.

La SPGE a fixé des fréquences minimales d’entretien dans sa Gestion Publique de l’Assainissement Autonome.  Cette fréquence est déterminée par la taille de votre installation de traitement des eaux usées.

  • Jusqu’à 20 EH (équivalent-habitant) : votre unité d’épuration individuelle devra être entretenu tous les 18 mois.
  • Entre 20 EH et 100 EH : votre installation d’épuration individuelle devra être entretenue tous les 9 mois minimum.
  • Au-delà de 100 EH : une station d’épuration individuelle doit être entretenue tous les 4 mois minimum.

Premier conseil, ne jetez rien dans vos toilettes : pas de lingettes, pas de serviettes hygiéniques, préservatifs, pansements, litière pour chat, filtres à café, mégots de cigarette, … Cela pourrait endommager fortement votre solution d’assainissement.

Deuxième recommandation : éviter le déversement de certains liquides dans vos éviers ou toilettes. Les graisses et les huiles sont nocives pour les bactéries et l’équipement présent dans votre micro-station ou votre filtre compact. Naturellement, vous devez proscrire également le déversement de produits inflammables ou dangereux pour l’environnement comme des pesticides ou des solvants.

Troisième conseil : ne déversez pas d’eau claire ou d’eau de pluie en direction de votre SEI, cela pourrait provoquer un dérèglement soudain du processus épuratoire et obliger votre produit à déverser des effluents non traités dans le milieu naturel.

Dernier point : les médicaments périmés peuvent être rapportés en pharmacie. En les jetant dans vos sanitaires, ils vont perturber les bactéries présentes dans votre solution d’épuration et finir inexorablement dans la nature.

Enfin, si vous constatez le moindre problème et si vous n’avez pas trouvé de réponse dans notre help center, prenez contact avec nous. Surtout, ne tentez pas une réparation par vos propres moyens et ne changez pas les réglages vous-mêmes. Si la situation le nécessite, nous anticiperons notre venue et nous interviendrons pour remettre votre SEI en état.

Si vous avez souscrit à un contrat d’entretien avec eloy water, vous ne devez vous soucier de rien. Nous vous contacterons une fois par an pour convenir d’un rendez-vous en fonction de vos disponibilités.

Le jour du rendez-vous, notre technicien formé se rendra à votre domicile pour réaliser l’entretien de votre solution d’assainissement des eaux usées.

Cet entretien va permettre :

  • De vérifier que votre SEI fonctionne selon les standards imposés
  • D’analyser la qualité des eaux de votre solution d’épuration individuelle
  • De faire le point sur la hauteur des boues présentes dans votre produit et évaluer le timing avant une vidange de celui-ci.
  • De réaliser un diagnostic de remise en ordre de votre station
  • De réaliser immédiatement une éventuelle réparation ou le remplacement de pièces défectueuses.

Dans les 15 jours qui suivent notre passage, nous vous enverrons notre rapport. Nous nous chargeons également de la transmission de ce rapport à la SPGE.

Votre habitation étant en zone d’assainissement autonome, vous avez installé un système d’épuration individuel aussi appelé SEI. Ce système va permettre de traiter et d’assainir vos eaux usées domestiques et éviter tout rejet de pollution dans le milieu naturel.

Pour garantir ses performances épuratoires, votre micro-station, votre filtre compact ou votre station d’épuration doit être entretenu. Cet entretien réalisé par des professionnels est vital pour la durabilité de votre solution d’assainissement mais surtout pour la qualité des eaux rejetées.

Plus qu’un conseil de notre part, l’entretien est devenu une obligation depuis 2018. En effet, la Gestion Publique de l’Assainissement Autonome (GPAA) impose aux propriétaires de SEI de souscrire à un contrat d’entretien pour son installation de traitement des eaux usées.

Vous devez donc prendre contact avec l’un des prestataires de services enregistré auprès de la SPGE afin d’être couvert par ce contrat d’entretien. Vous pouvez retrouver la liste de ces prestataires ici : www.spge.be/gpaa

Bonne nouvelle, eloy water fait partie des prestataires agréés par la SPGE. En souscrivant à notre contrat d’entretien, vous vous assurez la tranquillité.

Tous nos techniciens sont formés et spécialisés dans l’entretien de nos produits eloy water. Ils sont également à votre disposition pour entretenir et préserver votre SEI d’une autre marque.

Une fois le contrat souscrit, nous nous occupons de tout. Nous vous contacterons lorsque votre station nécessitera son entretien (tous les 18 mois environ), nous conviendrons avec vous d’un rendez-vous et notre technicien mettra tout en œuvre pour préserver votre solution d’assainissement d’éventuels disfonctionnements.

Bien qu’ayant une enveloppe relativement similaire, une micro-station et un filtre compact sont bel et bien différents. Une micro-station doit envoyer de l’oxygène pour nourrir les bactéries qui vont traiter les eaux usées. Un surpresseur branché sur l’électricité est donc nécessaire contrairement à un filtre compact qui fonctionne sans électricité. De plus, une micro-station réagit mal aux absences prolongées et aux fortes variations de charge, ce qui n’est pas le cas pour un filtre compact. Celui-ci est donc indiqué pour un placement en résidence secondaire. Enfin, un filtre compact est composé d’un média-filtrant qui s’altère dans le temps. Il faut donc remplacer celui-ci au bout d’une dizaine/quinzaine d’années.

Sans traitement complémentaire approprié (UV, osmose inverse, chloration,..), il est interdit de réutiliser ses eaux usées épurées. En effet, ces eaux contiennent encore de nombreux agents pathogènes (virus, bactéries,…).

Les eaux usées sont composées d’eaux vannes et d’eaux ménagères. Les premières sont issues des toilettes et composées de matières fécales et d’urine. Les secondes sont issues principalement de votre cuisine, de votre salle de bain ou encore votre machine à lessiver. Elles sont composées notamment de détergents, savon ou encore des déchets organiques comme des déchets de cuisine ou des cheveux. On appelle fréquemment les eaux vannes, eaux noires et les eaux ménagères, eaux grises.

Car le sol n’est pas capable d’épurer tous les polluants présents dans nos eaux usées. Afin de préserver le milieu récepteur et plus largement l’environnement, il faut traiter les eaux usées pour atteindre des normes de pollution qui permettront au sol de terminer le travail d’épuration.

L’objectif est simple : éviter que les polluants présents dans l’eau n’aient une influence négative sur le milieu récepteur. Cette influence négative peut être de deux ordres :

  • Risque sanitaire : en l’absence d’assainissement, des maladies graves peuvent se développer dans une eau sale : choléra, diarrhée, dysenterie, hépatite A, typhoïde ou encore poliomyélite.
  • Risques environnementaux : ils sont très nombreux. Entre les risques d’eutrophisation de cours d’eau, de contamination des nappes phréatiques et l’impact indirect sur la faune qui s’abreuve des eaux contaminées, les conséquences seraient dramatiques.

Il existe deux systèmes, intensifs et extensifs. L’extensif reprend les techniques naturelles d’une fosse toutes eaux suivie d’un lagunage, d’un filtre à sable ou de phytoépuration qui demandent une grande surface au sol. Le filtre compact fait également partie des systèmes extensifs en reproduisant le phénomène de filtration naturelle mais sur un volume réduit. L’intensif regroupe les micro-stations à culture libre, fixée ou encore SBR. La différence notable entre ces deux systèmes est l’utilisation ou non d’éléments électromécaniques (extensif non, intensif oui).

En Wallonie, c’est la SPGE, mandatée par la région wallonne, qui élabore ce qu’on appelle le PASH : le plan d’assainissement par sous-bassin hydrographique. C’est lui qui va définir le régime d’assainissement des eaux usées de votre commune. C’est donc grâce à cette cartographie que vous pourrez déterminer si votre habitation se retrouve en zone d’assainissement collectif, autonome ou transitoire.

Vous pouvez retrouver cette cartographie sur le site de la spge : http://www.spge.be/fr/cartographie-de-l-assainissement-pash.html?IDC=8&IDD=312

Lorsqu’un bâtiment ne pas être raccordé à un réseau public de collecte des eaux usées, il doit se charger lui-même du traitement de celles-ci. Il doit alors installer un système d’épuration individuel ou SEI. Il en existe de plusieurs types : fosse toutes-eaux joint à un filtre à sable, phytoépuration, micro-station ou encore filtre compact. Tous ces systèmes ont un seul objectif : épurer les eaux usées d’un ou plusieurs bâtiments avant le rejet des eaux traitées vers le milieu naturel.

A l’inverse du réseau séparatif, le réseau d’égout unitaire va collecter sans distinction les eaux usées domestiques et les eaux de pluie. L’avantage est ici économique puisque l’égout unitaire ne nécessite qu’une seule canalisation. Le désavantage est lié tout d’abord au volume d’eau arrivant dans ces canalisations lors d’épisodes de pluie. Ensuite, la dilution des eaux usées par les eaux pluviales perturbe parfois l’équilibre du processus d’épuration.

Qui dit séparatif dit que l’on sépare quelque chose. Et vu qu’on parle d’eau, on va collecter et acheminer séparément deux types d’eau différents. D’une part, les eaux usées issues d’un bâtiment et d’autre part les eaux pluviales qui sont collectées sur les toits, les parcelles ou les voiries. L’important est de ne pas diluer les eaux usées avec de l’eau de pluie, ce qui pourrait corrompre le processus épuratoire qui va se dérouler plus loin dans une station d’épuration.

On distingue deux types d’assainissement. D’une part nous retrouvons l’assainissement collectif qui correspond à l’assainissement qui passe par un réseau d’égouttage et par une station d’épuration collective. Et d’autre part l’assainissement non collectif que l’on peut aussi appeler assainissement individuel ou assainissement autonome. Il s’opère lorsqu’un bâtiment n’est pas raccordé à un réseau d’égouttage et comme son nom l’indique, l’épuration des eaux usées se fait via un système d’assainissement directement raccordé au bâtiment.

L’assainissement, collectif ou individuel, des eaux usées va permettre le traitement et la dépollution des eaux vannes et ménagères. C’est une étape indispensable avant de rejeter l’eau dans le milieu naturel. En effet, les eaux usées peuvent être une source grave de pollution et de développement des maladies. L’assainissement a donc un rôle de préservation de l’environnement mais également de santé publique.

Pour bénéficier du régime d’assainissement collectif, une zone habitée ou encore une zone industrielle ou de développement économique doit être suffisamment concentrée pour permettre la collecte de ses eaux usées. Ces eaux usées, une fois collectée, sont acheminées via un réseau d’égouts et des collecteurs. En Belgique, ce réseau d’égouts est dit unitaire car il transporte aussi bien les eaux usées domestiques que l’eau pluviale venant des toits et des routes.  Le voyage des eaux se termine dans une station d’épuration collective où l’eau sera traitée naturellement avant rejet dans un cours d’eau.

Bien qu’ayant une enveloppe relativement similaire, une micro-station et un filtre compact sont bel et bien différents. Une micro-station doit envoyer de l’oxygène pour nourrir les bactéries qui vont traiter les eaux usées. Un surpresseur branché sur l’électricité est donc nécessaire contrairement à un filtre compact qui fonctionne sans électricité. De plus, une micro-station réagit mal aux absences prolongées et aux fortes variations de charge, ce qui n’est pas le cas pour un filtre compact. Celui-ci est donc indiqué pour un placement en résidence secondaire. Enfin, un filtre compact est composé d’un média-filtrant qui s’altère dans le temps. Il faut donc remplacer celui-ci au bout d’une dizaine/quinzaine d’années.

L’objectif est simple : éviter que les polluants présents dans l’eau n’aient une influence négative sur le milieu récepteur. Cette influence négative peut être de deux ordres :

  • Risque sanitaire : en l’absence d’assainissement, des maladies graves peuvent se développer dans une eau sale : choléra, diarrhée, dysenterie, hépatite A, typhoïde ou encore poliomyélite.
  • Risques environnementaux : ils sont très nombreux. Entre les risques d’eutrophisation de cours d’eau, de contamination des nappes phréatiques et l’impact indirect sur la faune qui s’abreuve des eaux contaminées, les conséquences seraient dramatiques.

Lorsqu’un bâtiment ne peut être raccordé à un réseau public de collecte des eaux usées, il doit se charger lui-même du traitement de celles-ci. Il doit alors installer un système d’assainissement non collectif ou ANC.

Il en existe de plusieurs types : fosse toutes-eaux joint à un filtre à sable, phytoépuration, micro-station ou encore filtre compact.

Tous ces systèmes ont un seul objectif : épurer les eaux usées d’un ou plusieurs bâtiments avant le rejet des eaux traitées vers le milieu naturel.

A l’inverse du réseau séparatif, le réseau d’égout unitaire va collecter sans distinction les eaux usées domestiques et les eaux de pluie. L’avantage est ici économique puisque l’égout unitaire ne nécessite qu’une seule canalisation. Le désavantage est lié tout d’abord au volume d’eau arrivant dans ces canalisations lors d’épisodes de pluie. Ensuite, la dilution des eaux usées par les eaux pluviales perturbe parfois l’équilibre du processus d’épuration.

Qui dit séparatif dit que l’on sépare quelque chose. Et vu qu’on parle d’eau, on va collecter et acheminer séparément deux types d’eau différents. D’une part, les eaux usées issues d’un bâtiment et d’autre part les eaux pluviales qui sont collectées sur les toits, les parcelles ou les voiries. L’important est de ne pas diluer les eaux usées avec de l’eau de pluie, ce qui pourrait corrompre le processus épuratoire qui va se dérouler plus loin dans une station d’épuration.

L’assainissement, collectif ou individuel, des eaux usées va permettre le traitement et la dépollution des eaux vannes et ménagères. C’est une étape indispensable avant de rejeter l’eau dans le milieu naturel. En effet, les eaux usées peuvent être une source grave de pollution et de développement des maladies. L’assainissement a donc un rôle de préservation de l’environnement mais également de santé publique.

Sans traitement complémentaire approprié (UV, osmose inverse, chloration, …), il est interdit de réutiliser ses eaux usées épurées. En effet, ces eaux contiennent encore de nombreux agents pathogènes (virus, bactéries, …).

Les communes sont en charge de la cartographie des zones d’assainissement. Cette carte est intégrée au plan local d’urbanisme et détermine les zones en assainissement collectif et non collectif.

Il est disponible auprès de votre commune.

Il existe deux filières, traditionnelle et agréée. La filière traditionnelle sont composées d’une fosse septique toutes eaux et d’un système d’épandage tels que les filtres à sable. La filière agréée regroupe les techniques ayant reçu un agrément du Ministère de l’environnement et de la santé. Sont repris dans les techniques agréées les filtres plantés, les filtres compacts et les micro-stations d’épuration.

Les eaux usées sont composées d’eaux vannes et d’eaux ménagères. Les premières sont issues des toilettes et composées de matières fécales et d’urine. Les secondes sont issues principalement de votre cuisine, de votre salle de bain ou encore votre machine à lessiver. Elles sont composées notamment de détergents, savon ou encore des déchets organiques comme des déchets de cuisine ou des cheveux. On appelle fréquemment les eaux vannes, eaux noires et les eaux ménagères, eaux grises.

Car le sol n’est pas capable d’épurer tous les polluants présents dans nos eaux usées. Afin de préserver le milieu récepteur et plus largement l’environnement, il faut traiter les eaux usées pour atteindre des normes de pollution qui permettront au sol de terminer le travail d’épuration.

achat et livraison

Un filtre compact est compact mais moins qu’une micro-station car sa fosse toutes eaux doit être de minimum 5m³. Son transport et sa manutention est donc plus compliqué et donc plus cher. Une ventilation est nécessaire, elle peut être parfois source de mauvaises odeurs. Le filtre compact est souvent équipé d’une solution de relevage des eaux en sortie, ce qui rajoute un surcoût à l’investissement total.

Le premier avantage d’un filtre compact est dans le nom : il est compact. Sa faible emprise au sol vous permettra de l’enfouir facilement et de l’intégrer sans impacter visuellement votre terrain. Son traitement mécanique et biologique lui permet de fonctionner sans électricité. Aucun surpresseur n’est donc nécessaire et aucun produit chimique ne doit être ajouté. Son fonctionnement peut supporter sans problème les variations de charge, il est donc idéal pour une habitation secondaire ou une maison familiale. Le média filtrant a une espérance de vie d’environ 10 ans.

généralités

Le xylit est une fibre carbonée dérivée du bois et emprisonnée dans le lignite depuis des millions d’années. Cette matière fibreuse carbonée montre d’excellentes capacités d’épuration du fait notamment d’un nombre élevé d’éléments polarisés qui fixent les nutriments, oligo-éléments et polluants.

Le filtre compact va pouvoir réaliser l’ensemble du traitement de vos eaux usées. Il est d’ailleurs composé d’une fosse septique toutes eaux et d’une cuve de traitement remplie d’un média filtrant. Une fosse septique toutes eaux est uniquement destinée au pré-traitement de vos eaux usées.

L’eau traitée par un filtre compact peut être rejetée dans le milieu naturel. Il est possible de l’infiltrer directement dans le sol les eaux traitées via une solution d’infiltration ou un système d’irrigation de végétaux. Si vous souhaitez rejeter vos eaux dans une rivière, Il vous faudra l’autorisation d’un intercommunale chargée du traitement et de l’évacuation.

Un filtre compact réalise une épuration mécanique et biologique. Les bactéries présentes dans la cuve de traitement composée d’un média filtrant se comportent très bien en condition de sous-charge ou en l’absence d’effluent. Il est donc particulièrement adapté à une résidence secondaire où les variations de charge sont fréquentes et où des absences prolongées se succèdent.

Un filtre compact est compact mais moins qu’une micro-station car sa fosse toutes eaux doit être de minimum 5m³. Son transport et sa manutention est donc plus compliqué et donc plus cher. Une ventilation est nécessaire, elle peut être parfois source de mauvaises odeurs. Le filtre compact est souvent équipé d’une solution de relevage des eaux en sortie, ce qui rajoute un surcoût à l’investissement total.

Le premier avantage d’un filtre compact est dans le nom : il est compact. Sa faible emprise au sol vous permettra de l’enfouir facilement et de l’intégrer sans impacter visuellement votre terrain. Son traitement mécanique et biologique lui permet de fonctionner sans électricité. Aucun surpresseur n’est donc nécessaire et aucun produit chimique ne doit être ajouté. Son fonctionnement peut supporter sans problème les variations de charge, il est donc idéal pour une habitation secondaire ou une maison familiale. Le média filtrant a une espérance de vie d’environ 10 ans.

Un filtre compact est un système d’épuration individuel appartenant à la famille des systèmes extensif. Il reproduit les principes épuratoires des filtres à sable et filtre planté en épurant les eaux tantôt physiquement tantôt bactériologiquement. Un filtre compact est toujours composé de deux cuves. La première est une fosse septique toutes eaux qui va permettre la décantation des eaux usées. La deuxième renferme un massif filtrant composé d’éléments naturels (coco, noisettes, xylit, …) ou synthétique (laine de roche, zéolithes, …).

Le xylit est une fibre carbonée dérivée du bois et emprisonnée dans le lignite depuis des millions d’années. Cette matière fibreuse carbonée montre d’excellentes capacités d’épuration du fait notamment d’un nombre élevé d’éléments polarisés qui fixent les nutriments, oligo-éléments et polluants.

Le filtre compact va pouvoir réaliser l’ensemble du traitement de vos eaux usées. Il est d’ailleurs composé d’une fosse septique toutes eaux et d’une cuve de traitement remplie d’un média filtrant. Une fosse septique toutes eaux est uniquement destinée au pré-traitement de vos eaux usées.

Un filtre compact est un système d’assainissement non collectif appartenant à la filière agréée. Son fonctionnement peut cependant être rapproché de la filière traditionnelle. Un filtre compact est toujours composé de deux cuves. La première est une fosse septique toutes eaux qui va permettre la décantation des eaux usées. La deuxième renferme un massif filtrant composé d’éléments naturels (coco, noisettes, xylit, …) ou synthétique (laine de roche, zéolithes, …). L’épuration des eaux usées est donc tantôt physique, tantôt bactérienne.

usage et entretien

IL faut éviter de déverser tout produit inflammable ou potentiellement dangereux pour le milieu aquatique. Les huiles et graisses seront également proscrites afin d’éviter tout soucis de colmatage du média filtrant.

La vidange sera toujours décidée par votre technicien lors de son passage pour réaliser l’entretien annuel de votre filtre-compact.

C’est votre technicien qui déterminera si une vidange est nécessaire lors de l’entretien annuel de votre filtre compact. Il mesurera la hauteur de boue et vous fera un rapport en fin de visite.

Un filtre compact dont on a pris soin durera toujours plus longtemps que sans entretien régulier. On estime néanmoins sa durée de vie à 30 ans pour les enveloppes plastiques et jusqu’à 40 ans pour les enveloppes béton.

Non, un filtre compact est particulièrement adapté pour gérer de longues absences ou des épisodes de sous-charges. Les bactéries présentes dans le massif filtrant peuvent supporter sans s’altérer un arrêt de fonctionnement.

Vous vous exposeriez à des problèmes techniques récurrents (colmatage du préfiltre, obturation des drains…) qui diminueraient les rendements épuratoires de votre filtre compact, augmenteraient vos fréquences de vidange mais aussi mettraient en charge votre station d’épuration causant des problèmes d’évacuation des sanitaires.

L’entretien annuel de votre filtre compact est nécessaire afin de vérifier si celui-ci fonctionne bien. Votre technicien vérifiera la hauteur des boues dans le décanteur, testera la qualité de l’eau, fera un checkup complet du système de répartition de l’eau et s’assurera que la ventilation de votre filtre compact est optimale. Une attention particulière sera portée au média filtrant. Au fil du temps, celui-ci peut se colmater ou se dégrader et pourrait être partiellement ou totalement remplacé.

L’absence d’odeur est déjà une bonne indication du bon fonctionnement de votre filtre compact. Vous pouvez également vous assurer que le préfiltre n’est pas colmaté par des débris végétaux voir des petits animaux ou insectes. Enfin, vous pouvez constater l’absence de flaque à la surface de votre média filtrant voir carrément une immersion totale de celui-ci.

Il est nécessaire de réaliser un entretien annuel pour votre filtre compact. De la sorte, votre technicien vérifiera chaque élément qui le compose et vous fera un bilan complet du bon fonctionnement de celui-ci.

Le fonctionnement d’un filtre compact est simple. L’eau usée passe d’abord par la fosse septique toutes eaux où elle décante par gravitation. Une fois décantée, l’eau est envoyée sur un massif filtrant qui va épurer l’eau par percolation. Une fois l’eau traitée, elle est rejetée vers le milieu naturel.

Il faut éviter de déverser tout produit inflammable ou potentiellement dangereux pour le milieu aquatique. Les huiles et graisses seront également proscrites afin d’éviter tout soucis de colmatage du média filtrant.

La vidange sera toujours décidée par votre technicien lors de son passage pour réaliser l’entretien annuel de votre filtre-compact.

C’est votre technicien qui déterminera si une vidange est nécessaire lors de l’entretien annuel de votre filtre compact. Il mesurera la hauteur de boue et vous fera un rapport en fin de visite.

L’eau traitée par un filtre compact peut être rejetée dans le milieu naturel. Il est possible de l’infiltrer directement dans le sol les eaux traitées via une solution d’infiltration ou un système d’irrigation de végétaux. Si vous souhaitez rejeter vos eaux dans une rivière, Il vous faudra l’autorisation de votre spanc.

Un filtre compact dont on a pris soin durera toujours plus longtemps que sans entretien régulier. On estime néanmoins sa durée de vie à 30 ans pour les enveloppes plastiques et jusqu’à 40 ans pour les enveloppes béton.

Non, un filtre compact est particulièrement adapté pour gérer de longues absences ou des épisodes de sous-charges. Les bactéries présentes dans le massif filtrant peuvent supporter sans s’altérer un arrêt de fonctionnement.

Un filtre compact réalise une épuration mécanique et biologique. Les bactéries présentes dans la cuve de traitement composée d’un média filtrant se comportent très bien en condition de sous-charge ou en l’absence d’effluent. Il est donc particulièrement adapté à une résidence secondaire où les variations de charge sont fréquentes et où des absences prolongées se succèdent.

Vous vous exposeriez à des problèmes techniques récurrents (colmatage du préfiltre, obturation des drains…) qui diminueraient les rendements épuratoires de votre filtre compact, augmenteraient vos fréquences de vidange mais aussi mettraient en charge votre station d’épuration causant des problèmes d’évacuation des sanitaires.

L’entretien annuel de votre filtre compact est nécessaire afin de vérifier si celui-ci fonctionne bien. Votre technicien vérifiera la hauteur des boues dans le décanteur, testera la qualité de l’eau, fera un checkup complet du système de répartition de l’eau et s’assurera que la ventilation de votre filtre compact est optimale. Une attention particulière sera portée au média filtrant. Au fil du temps, celui-ci peut se colmater ou se dégrader et pourrait être partiellement ou totalement remplacé.

L’absence d’odeur est déjà une bonne indication du bon fonctionnement de votre filtre compact. Vous pouvez également vous assurer que le préfiltre n’est pas colmaté par des débris végétaux voir des petits animaux ou insectes. Enfin, vous pouvez constater l’absence de flaque à la surface de votre média filtrant voir carrément une immersion totale de celui-ci.

Il est nécessaire de réaliser un entretien annuel pour votre filtre compact. De la sorte, votre technicien vérifiera chaque élément qui le compose et vous fera un bilan complet du bon fonctionnement de celui-ci.

Le fonctionnement d’un filtre compact est simple. L’eau usée passe d’abord par la fosse septique toutes eaux où elle décante par gravitation. Une fois décantée, l’eau est envoyée sur un massif filtrant qui va épurer l’eau par percolation. Une fois l’eau traitée, elle est rejetée vers le milieu naturel.

achat et livraison

Si votre habitation ne peut être connectée à un système d’assainissement collectif, vous devez épurer vous-même vos eaux usées. Vous avez le chois entre plusieurs solutions, la micro-station en fait partie. Si vous recherchez une solution fiable avec une technologie qui a fait ses preuves au travers des décennies, si vous avez un faible espace disponible sur votre terrain ou que vous souhaitez une solution avec un faible impact visuel, la micro-station est une solution logique.

On ne parle plus aujourd’hui de fosse septique mais de fosse toutes eaux. Cette fosse ne réalise que le pré-traitement par décantation de l’eau usée. Elle devra ensuite être traitée via un épandage, un filtre à sable ou un filtre planté. La micro-station quant à elle réalise l’ensemble du processus épuratoire en son sein.

Une micro-station injecte de l’oxygène pour traiter les eaux usées. Il faut donc un surpresseur qui fonctionne en permanence à l’électricité. Cette consommation est estimée à 5€ par mois environ. En l’absence d’électricité, la flore bactérienne va se dégrader et impacter directement les performances épuratoires.

Ne supportant pas les fortes variations de charge et donc les occupations fluctuantes, l’installation d’une micro-station pour une résidence secondaire doit être évitée.

Une micro-station possède de multiples avantages. Son premier avantage est sa configuration. Elle possède un faible volume et aura donc une faible emprise au sol. Il sera également facile de l’intégrer à votre environnement. Principalement enfouie dans le sol, elle est quasiment invisible et supporte le passage ou le parking de véhicule léger. Sa manutention et son installation sont aisées et nécessitent deux jours de chantier. Enfin, les performances épuratoires sont stables et largement au-dessus des normes imposées.

On distingue deux types d’assainissement. D’une part nous retrouvons l’assainissement collectif qui correspond à l’assainissement qui passe par un réseau d’égouttage et par une station d’épuration collective. Et d’autre part l’assainissement non collectif que l’on peut aussi appeler assainissement individuel ou assainissement autonome. Il s’opère lorsqu’un bâtiment n’est pas raccordé à un réseau d’égouttage et comme son nom l’indique, l’épuration des eaux usées se fait via un système d’assainissement directement raccordé au bâtiment.

L’arrêté du 31 juillet 2020 définit un système d’assainissement collectif comme « tout système d’assainissement constitué d’un système de collecte, d’une station de traitement des eaux usées, et des ouvrages assurant l’évacuation des eaux usées traitées vers le milieu récepteur, relevant en tout ou partie d’un ou plusieurs services publics d’assainissement ».

C’est donc le plus souvent les communes qui sont responsables du raccordement au réseau d’égouttage, de la collecte et du transport des eaux usées (eaux vannes et eaux ménagères). Elles sont également en charge de l’épuration et du rejet des eaux traitées vers le milieu naturel. Enfin, elles se chargent également de l’élimination des boues d’épuration.

généralités

Bien que de coutume inoffensive, l’eau claire est à proscrire dans une micro-station. Elle va perturber le cycle d’épuration, voire même déverser vos eaux usées sans les traiter vers la zone de rejet. Eviter également de déverser des graisses ou des huiles, leur place est dans un centre de déchet où elles pourront être recyclées. Evitez également toutes substances inflammables et nocives pour l’environnement aquatique.

On ne parle plus aujourd’hui de fosse septique mais de fosse toutes eaux. Cette fosse ne réalise que le pré-traitement par décantation de l’eau usée. Elle devra ensuite être traitée via un épandage, un filtre à sable ou un filtre planté. La micro-station quant à elle réalise l’ensemble du processus épuratoire en son sein.

Une fois traitées par la micro-station, les eaux clarifiées peuvent être rejetées dans le milieu naturel. La plupart du temps, cela se fera directement dans le sol à l’aide d’une solution d’infiltration ou via un système d’irrigation de végétaux. Pour un rejet dans une rivière, seule une intercommunale chargée du traitement et de l’évacuation des eaux peut vous donner l’autorisation après analyse.

Une micro-station injecte de l’oxygène pour traiter les eaux usées. Il faut donc un surpresseur qui fonctionne en permanence à l’électricité. Cette consommation est estimée à 5€ par mois environ. En l’absence d’électricité, la flore bactérienne va se dégrader et impacter directement les performances épuratoires. Ne supportant pas les fortes variations de charge et donc les occupations fluctuantes, l’installation d’une micro-station pour une résidence secondaire doit être évitée.

Une micro-station possède de multiples avantages. Son premier avantage est sa configuration. Elle possède un faible volume et aura donc une faible emprise au sol. Il sera également facile de l’intégrer à votre environnement. Principalement enfouie dans le sol, elle est quasiment invisible et supporte le passage ou le parking de véhicule léger. Sa manutention et son installation sont aisées et nécessitent deux jours de chantier. Enfin, les performances épuratoires sont stables et largement au-dessus des normes imposées.

Une micro-station est un système d’épuration individuel (SEI) de la famille des systèmes intensifs. Les micro-stations fonctionnent selon les procédés dit à culture libre ou à culture fixée. L’apport en oxygène va favoriser le développement de bactéries qui vont venir manger les polluants Elle fonctionne en trois phases pour le traitement des eaux usées : décantation, réaction, clarification.

Si votre habitation ne peut être connectée à un système d’assainissement collectif, vous devez épurer vous-même vos eaux usées. Vous avez le chois entre plusieurs solutions, la micro-station en fait partie. Si vous recherchez une solution fiable avec une technologie qui a fait ses preuves au travers des décennies, si vous avez un faible espace disponible sur votre terrain ou que vous souhaitez une solution avec un faible impact visuel, la micro-station est une solution logique.

Une micro-station est un système d’assainissement non collectif (ANC) de la filière agréée. Les micro-stations fonctionnent selon les procédés dit à culture libre ou à culture fixée. L’apport en oxygène va favoriser le développement de bactérie qui vont venir manger les polluants Elle fonctionne en trois phases pour le traitement des eaux usées : décantation, réaction, clarification.

usage et entretien

Une fois l’accord donné par votre technicien. Lors de son passage annuel pour l’entretien de votre micro-station d’épuration des eaux usées, il vérifiera la hauteur des boues et déterminera si une vidange est nécessaire ou non.

En réalisant l’entretien annuel, votre technicien mesurera systématiquement la hauteur des boues et vous informera de la situation. Il n’y a que lui qui déterminera le moment nécessaire à une vidange.

La durée de vie d’une micro-station d’épuration des eaux usée dépend de sa qualité initiale, de son enveloppe et de l’entretien que vous lui aurez donné. On parle de 20 ans pour les enveloppes plastiques jusqu’à 30 ans pour les enveloppes béton.

Pour épurer les eaux usées, une micro-station a besoin d’oxygène et de bactéries. En l’absence d’oxygène (si vous coupez le courant pendant votre absence par exemple), les bactéries mourront et le processus épuratoire avec elles. De même, il faut que la micro-station soit nourrie par de l’eau usée pour que le milieu reste actif. Raison pour laquelle une micro-station ne convient pas pour une habitation secondaire.

Une micro-station nécessite un entretien annuel par un professionnel. Cet entretien permettra de vérifier le bon fonctionnement général de la micro-station mais également de déterminer la hauteur des boues d’épuration, la qualité des eaux traitées, la qualité des pièces internes mais également du surpresseur.

Le principal indice, c’est l’odeur. Une micro-station qui ne fonctionne pas bien rejette des mauvaises odeurs que vous identifierez très rapidement. La principale cause est le manque d’apport en oxygène. Vous avez donc peut-être un problème électrique ou de surpresseur.

Bien que de coutume inoffensive, l’eau claire est à proscrire dans une micro-station. Elle va perturber le cycle d’épuration, voire même déverser vos eaux usées sans les traiter vers la zone de rejet. Eviter également de déverser des graisses ou des huiles, leur place est dans un centre de déchet où elles pourront être recyclées. Evitez également toutes substances inflammables et nocives pour l’environnement aquatique.

En réalisant l’entretien annuel, votre opérateur certifié mesurera systématiquement la hauteur des boues et vous informera de la situation. Il n’y a que lui qui déterminera le moment nécessaire à une vidange.

Une fois traitée par la micro-station, les eaux clarifiées peuvent être rejetées dans le milieu naturel. La plupart du temps, cela se fera directement dans le sol à l’aide d’une solution d’infiltration ou via un système d’irrigation de végétaux. Pour un rejet dans une rivière, seul votre SPANC peut vous donner l’autorisation après analyse.

La durée de vie d’une micro-station d’épuration des eaux usée dépend de sa qualité initiale, de son enveloppe et de l’entretien que vous lui aurez donné. On parle de 20 ans pour les enveloppes plastiques jusqu’à 30 ans pour les enveloppes béton.

Pour épurer les eaux usées, une micro-station a besoin d’oxygène et de bactéries. En l’absence d’oxygène (si vous coupez le courant pendant votre absence par exemple), les bactéries mourront et le processus épuratoire avec elles. De même, il faut que la micro-station soit nourrie par de l’eau usée pour que le milieu reste actif. Raison pour laquelle une micro-station ne convient pas pour une habitation secondaire.

Le principal indice, c’est l’odeur. Une micro-station qui ne fonctionne pas bien rejette des mauvaises odeurs que vous identifierez très rapidement.

La principale cause est le manque d’apport en oxygène. Vous avez donc peut-être un problème électrique ou de surpresseur.

vous ne trouvez pas la réponse à votre question ?

N’hésitez pas à contacter notre service d'assistance, nous vous rappelons au plus vite.

* champs obligatoires

Merci {FIRSTNAME}

Votre demande nous a bien été transmise. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

tous nos services

service assistance eloy water

services assistance

enregistrer son produit d'assainissement

enregistrer un produit

entretien solution assainissement non collectif

services entretien